WhatsApp%20Image%202020-02-16%20at%2018.

QUI SOMMES NOUS  

La coopérative ADZAP ÉMOI est une structure de transformation artisanale, locale des huiles végétales bio du Gabon, plus largement du continent africain pour la promotion et développement de ces huiles végétales africaines.La coopérative oeuvre pour l’identification les détenteurs des connaissances traditionnelles et les propriétaires des ressources génétiques. Afin de fournir aux consommateurs des produits 100% naturels. La commercialisation de nos produits contribue à l’épanouissement des membres de la coopérative et aux communautés locales villageoise. Nous sommes engagés dans la conservation et la transmission du savoir-faire traditionnel des d’huiles végétales africaines, comme une source d’innovation et de développement économique pour le Gabon et l’Afrique. Sur le plan environnemental, le projet vise à lutter pour la protection d’espèces menacées, en particulier l’arbre moabi et donc établir un plaidoyer pour l’inscription de l’espèce dans la CITES (Convention sur le Commerce International des Espèces de Faunes et de Flore).

AE2.jpeg

FOCUS SUR LA RÉDUCTION DES INÉGALITÉS DU GENRE

La coopérative va permettre l’amélioration de la situation de l’emploi de la femme rurale et des jeunes dans le nord du Gabon. Notre objectif global est de contribuer au développement d’une participation active des femmes rurales en tant qu’actrices du développement économique et social du Ntem. La réduction des inégalités de genre est l’objectif significatif pour la coopérative. L’inégalité entre les sexes est un facteur d’injustice, mais aussi de pauvreté : elle freine le développement économique et social. La réduction des inégalités femmes-hommes, l'éducation et l’autonomisation des femmes et des filles sont au cœur de notre stratégie. Nous prenons en compte les enjeux de genre dans tous les projets que nous accompagnons. La réduction des inégalités de genre est l’objectif significatif pour la coopérative. L’inégalité entre les sexes est un facteur d’injustice, mais aussi de pauvreté : elle freine le développement économique et social. La coopérative se veut aussi un projet d’épanouissement des femmes vivant en zone rurale gabonaise. La coopérative souhaite engager 60% de femme parmi ces employés.